Remèdes naturels contre les petits maux de l’hiver

L’hiver en bonne santé, c’est normal !

Remèdes naturopathiques pour la période la plus froide de l’année

 femmefenêtre

Le début de l’hiver est souvent synonyme de
rhume, rhinite, toux, grippe,astro etc.Auparavant, je pensais que c’était la faute aux vilains virus et bactéries qui nous envahissent.

C’est vrai, mais seulement en partie.

Depuis que je m’intéresse un peu plus à la santé et que je fais ma formation en Naturopathie j’ai appris quelques nouvelles à ce sujet…

Le carburant

Si notre corps est sain, les méchants microbes n’y restent pas. Selon Irène Grosjean, naturopathe depuis plus de 50 ans

« C’est parce que votre corps est une poubelle que les bactéries y logent ».

Sans marécages pas de moustiques !

Donc dire que c’est la faute des microbes, c’est dire que ce sont les moustiques qui créent les marécages.

Micobre
Donc si vous êtes souvent malades, imaginez que vous êtes une voiture : pour bien rouler il faut donc de l’essence (donc nourriture) approprié à l’humain (donc essentiellement végétale, naturelle, non- transformée et vivante) et pensez aussi de faire la vidange de temps en temps (jeûnes, cures ou hydrothérapie etc.).

Si vous vous occupez de votre corps au moins aussi bien que de votre voiture, vos défenses immunitaires vont automatiquement se renforcer et vous « roulerez » mieux.

D’ailleurs depuis que j’ai reformé mon hygiène de vie, surtout alimentaire, même les plus petits bobos hivernaux ne veulent plus vraiment me rendre visite – et tant mieux !! Un hasard ? Hmmm…

Les fièvres

Si notre corps est sain, les méchants microbes n’y restent pas.

nounoursdodo

Quand on fait baisser une fièvre, on dit à notre organisme de se taire. Et à force de dire « Chuuut » à notre corps, le jour où il devient muet ne vous étonnez pas. Ainsi les maladies plus graves et chroniques ont plus de chances de s’y installer.
Bien entendu, quand ça traine depuis plusieurs jours et que la température monte trop, il est préférable de consulter un thérapeute ou médecin. Cependant, je pense également qu’il y a une grande peur en France vis-à-vis de la fièvre et qu’on a beaucoup de mal faire confiance à notre organisme.

Ma mamie était médecin en Ouzbékistan et je ne me souviens pas avoir pris une seule fois dans mon enfance quoi que ce soit pour faire baisser la température.

Donc la seule chose à retenir c’est que les fièvres sont nos amies pour la vie (contrairement aux produits laitiers).

Justement, parlons un peu de ce fameux lait pleeeeiiinnn de calcium (haha !!)

Devinez quoi ? Le lait de vache c’est parfait pour les veaux, mais pas du tout adapté aux humains.
Donc en plus d’être responsable de nombreux cancers, arthroses, ostéoporose, acidose, diabète type 1, maladies auto-immunes et j’en passe, il est également très mucogène.
Mucogène, cela signifie quoi ?
Cela veut dire de belles morves, divines glaires et autres liquides visqueux qui essayent de sortir de notre corps (nez, peau, poumons, voie vaginale, oreilles).
Les graisses animales, sucres et farines raffinées sont d’ailleurs aussi dans la même catégorie.
Donc quand vous donnez à votre enfant des biscuits au chocolat au lait ou des pâtes avec du gruyère, ne vous étonnez pas que ses bronchites, toux et rhumes ont du mal à se déloger.


Quelques sources :

« Lait, Mensonges et Propagande » de Thierry Souccar.
« Le Rapport Campbell » de Campbell.
« Eat » de Gilles Lartigot.


Le cancérologue Professeur Henry Joyeux nous explique ce que fait le lait à notre corps.

Bon, assez de morale, passons aux remèdes !

Boycottez tous ces médicaments toxiques et pourris. Ils soignent peut-être une chose, mais pourrissent une autre en même temps.
Il y a un embarras de choix des solutions naturelles et efficaces, il suffit juste de trouver celui qui vous convient le mieux.

Perso je suis adepte des huiles essentielles (HE).
remedes

Voici quelques astuces :

AUGMENTER LES DEFENSES IMMUNITAIRES

Surtout pour les enfants : chaque matin une goutte de HE de Ravintsara (Cinnamomum camphora) sous la voûte plantaire de ses pieds et ça pendant toute la période hivernale.

RHUME

Après un coup de froid ou quand vous sentez que votre nez commence à chatouiller, direct 1 cuillère à café avec du miel et 1 goutte d’HE de menthe poivrée (Mentha x pipérita) et/ou 1 goutte d’HE d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata).
Si le rhume est déjà bien installé, répétez cette opération environ 4 fois par jour. C’est également très efficace pour déboucher le nez.

Vous pouvez aussi faire des inhalations d’eucalyptus radié.

Autre idée en plus : vaporisez toutes ces HE sur vos coussins (à des doses convenables), sur les doudous de vos enfants etc. De plus ça sent boooonnnn !

TOUX

En ce qui concerne la toux, je préconise les tisanes au gingembre, citron et miel. Mais il faut les boire tout au long de la journée et bien chaud (donc on se balade partout avec son thermos).
La préparation de ce breuvage peut s’effectuer dès les premières signes d’irritation de la gorge, sans attendre la méga toux du siècle qui va, bien entendu, mettre plus de temps à disparaître.

Vous pouvez aussi faire des gargarismes avec de l’eau chauffée et 1 cuillère de bicarbonate de soude (sans avaler).

Prendre 1 cuillère d’huile d’olive chauffé avec du basilic et/ou de l’ail.

Recette de Sirop de Toux naturelle : Couper un radis noir en tranches et le mettre dans un peu de miel ou le saupoudrer d’un peu de sucre. Au bout de quelques heures le radis va se vider de son jus et ca donnera un sirop. Fastoche ! Bon ca a pas le même « bon » goût que les sirops chimiques de la pharmacie, j’avoue, mais c’est aussi efficace, voire plus.

Autres petites idées : cataplasmes, bains de pieds à la moutarde, cure de pollen frais, infusions à base de thym, romarin, eucalyptus…

bisousneigearticle

Je vous souhaite un hiver en pleine forme !

Nastya Perfilova

Pour ne pas manquer les prochains articles et événements,  inscrivez-vous à la Newsletter ici.

Le praticien de santé naturopathe ne remplace en aucun cas le médecin et ne pose aucun diagnostic. Ces conseils n’excluent pas le suivi de toutes prescriptions médicales antérieures. Ne pas abandonner ou modifier un traitement médical en cours sans l’avis médical.

Si vous souhaitez partager cet article, merci de bien faire figurer la source originale.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *